Le gouvernement ivoirien dévoile ENFIN la vraie dénomination de ses ministères

Le gouvernement ivoirien a fait presque peau neuve. De 36 membres précédemment, le gouvernement ne compte plus que 28 ministres. Pour y arriver, il a fallu se séparer de certaines grosses têtes, alors que plusieurs autres ont fait leur entrée. Plus surprenant encore, il semble se dévoiler une nouvelle dénomination des différents postes ministériels, disons qu’elles sont désormais plus explicites et plus claires. Ces nouvelles dénominations pourraient, probablement, faire bouger les choses et nous rapprocher de l’immersion, pardon de l’émergence, à l’horizon 20** .

 

  • Ministre d’Etat, Ministre chargé de surveiller chacune de vos actions et de prévenir le Président en cas de mouvements suspects : M. Hamed Bakayoko
  • Ministre qui a en charge le paiement des frais de location des ambassades, chargé de venir en aide aux étudiants qui sont sur le point d’être rapatriés, ami particulier des ambassadeurs : M. Marcel Amon Tanoh
  • Ministre chargé de représenter Human Rights Watch en cas d’absence : M. Sansan Kambilé
    Ministre qui a en charge la surveillance des frontières pour pas que la superficie du pays diminue et de faciliter la tropicalisation des ivoiriens sur le « bingue* » : M. Ally Coulibaly
  • Ministre des zones industrielles, Camarade des libanais, adeptes des pierres précieuses : M. Jean Claude Brou
  • Ministre chargée de réduire les grèves par des sanctions sauvages et inoubliables, chargée de menacer les enseignants paresseux et contrainte de surveiller le taux de réussite aux examens : Mme Kandia Kamissoko Camara
  • Ministre de la terre (elle nourrit bien son homme non ?), relégué à s’assurer que l’exode rural est constamment en baisse : M. Mamadou Sagafowa Coulibaly
  • Ministre des abattoirs, camarade des bouchers, declencheur des alarmes en cas d’éventuelles grippes qui s’attaquent aux bêtes : M. Kobenan Kouassi Adjoumani
  • Ministre du Plan et du Développement (impossible de simplifier, trop complexe) : Mme Nialé Kaba
  • Ministre chargé de discipliner les « gnambros* », d’éduquer les apprentis «Gbaka »*, de lutter encore et encore contre les grèves : M. Amadou Koné
  • Ministre chargé de planifier le décaissement des milliards dans les différents ministères : M. Cissé Abdourahmane
  • Ministre chargé de distribuer les milliards après décaissement ou presque : M. Adama Koné
  • Ministre chargé de ramener les brouteurs sur le droit chemin, de rendre public les différents moyens de gagner l’argent sur internet, habilité à lire le compte rendu des conseils de ministres. Ne doit pas être trop bavard : M. Bruno Nabagné Koné
M. Bruno Koné / Crédit Photo : Flickr
  • Ministre chargé de réduire le nombre de chômeurs– bien sûr théoriquement – et de veiller à protéger les pauvres toujours plus nombreux : M. Jean Claude Kouassi
  • Ministre qui casse tout, tout et tout. Chargée de lire les comptes rendus quand les 200 le porte-parole principal est absent, ou occupé : Mme Anne Désirée Ouloto
  • Ministre chargée de veiller à l’habitabilité des hôpitaux publics, et à la baisse de la cupidité des médecins véreux : Mme Raymonde Goudou Coffie
  • Ministre tenu de nous ramener plus de trophées, de médailles, sans toutefois oublier les sportifs locaux (oui oui ça compte aussi) : M. François Albert Amichia
  • Ministre de la culture et non de la musique (important de le préciser) et des relations avec les adeptes de la langue de Molière, mais pas que : M. Maurice Kouakou Bandaman
  • Ministre chargé de rendre l’émergence palpable, surtout sur les routes : M Amedé Koffi Kouakou
  • Ministre de ce qui donne l’argent au pays : M. Thierry Tanoh
  • Ministre chargée de dompter la FESCI (Fédration Estudiantine et Scolaire de Côte d’ivoire), ou du moins de tenter de trouver les moyens pour faire baisser ses revendications, dans la mesure du possible : Mme Ramata Ly-Bakayoko
  • Ministre chargé de mettre les Ivoiriens au travail : M. Pascal Abinan Kouakou
  • Ministre de la solidarité, entendez faire par là, qui doit faire des mains et des pieds pour le retour des réfugiés, enfants, femmes et hommes : Mme Mariatou Koné
  • Ministre des « grouilleurs* », et des porteurs de projets (disons startuper pour faire tendance) : M. Souleymane Diarrassouba
  • Ministre chargé d’offrir un toit à tout un chacun et de lutter contre les cautions et avances à n’en point finir : M. Claude Isaac De
  • Ministre chargé de saper le moral des braconniers et de protéger les eaux contre la pollution : Général Issa Coulibaly
  • Ministre chargé de décourager les candidats aux embarcations de fortune pour rejoindre l’occident, en leur créant des emplois ou de véritables promesses d’emploi (les deux marchent souvent) : M. Sidi Tiémoko Touré
  • Ministre des visites guidées et de plaisance : M. Siandou Fofana
    Secrétaire d’Etat appelé à la rescousse du Ministre chargé de réduire les grèves, dont la tâche est loin d’être facile : M. Mamadou Touré
  • Ministre chargé de limiter les tensions entre le pouvoir et l’opposition : M. Jeannot Kouadio Ahoussou
  • Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la république (Que voulez-vous d’autre ? Ah oui, recordman en ancienneté gouvernementale) : M. Patrick Achi
  • Ministre chargé de s’assurer que rien n’a été oublié. Spécialiste des passages en revue : M. Téné Birama Ouattara
  • Ministre auprès du Président de la république, chargé de raisonner les mutins si jamais ça arrive à nouveau. Doit être capable de manger partout, même par temps de crises : M. Alain Richard Donwahi

 

*Gnambro : Syndicats de transporteurs
*Gbaka : Minicar de transport en commun
*Grouiller : Qui se bat pour s’en sortir avec les moyens à sa disposition
*Bingue : Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *