#MondoChallenge : pas très net, un monde sans internet !

Un monde sans internet ne serait certainement pas une catastrophe. Mais tout indique qu’il ne serait pas ce monde que nous connaissons aujourd’hui. Les échanges se feraient différemment, le monde serait différent et il faudrait pour ainsi dire, le reconfigurer. Un monde sans internet, on s’y plongerait avec méfiance, comme je le fais à travers ces lignes.

C’est au cœur d’un exercice, que j’ai voulu on ne peut plus réaliste, que je me suis lancé. Avant la rédaction de ce billet, je me suis donc coupé d’internet : aucune recherche, aucune consultation en ligne, aucune référence qui exige une navigation sur la toile. Tout ce qui sera mentionné ici n’est donc que le concours de ce que ma mémoire m’a permis de conserver au fil du temps. L’exercice est fastidieux mais très instructif. Et surtout, il se fait à l’abri d’internet.

Un réveil sans internet, la galère, ou presque

Sans internet, chaque matin à mon réveil, je gagnerais surement une trentaine de minutes. Cette vilaine habitude, comme beaucoup d’entre vous, je l’ai acquise et adoptée à mes dépends. Désormais, impossible pour moi de quitter le lit, sans avoir fait un tour d’horizon pour consulter ce que le monde a fait durant mon sommeil. Et rien de plus efficace qu’internet pour me donner de quoi satisfaire ma grande soif. Boite mail, statistiques de blogs, flux rss… tout y passe. De plus, il a fallu que les réseaux sociaux se mêlent à la chorégraphie déjà si vertigineuse. Naviguer entre les notifications, entre les icônes, entre les fonctionnalités… c’est chronophage et sournois. De ce point de vue là, un réveil sans internet reviendrait à réapprendre à savourer la joie de cet instant-là : embrasser l’air matinal, se délecter des premiers rayons de soleil.

Imaginez alors que cette situation soit transposée dans les transports en commun – a-t-on encore le temps de dire bonjour à son voisin dans le bus ? – dans les rangs, en entreprise, dans le parc… sans internet, nous réapprendrions à vivre, et à bien vivre.

Des relations plus chaleureuses

Loin de vouloir porter la casquette de celui qui navigue à contre-courant, je suis de ceux qui croient que, si le monde devait se passer d’internet, les relations humaines seraient plus chaleureuses. Elles seraient plus vraies et donc forcément plus humaines. Il faut l’admettre, si internet permet de raccourcir les distances, il impose une certaines esthétique aux relations, les rendant fades, leur donnant un air de simulation. Combien de visites avons-nous annulé simplement parce que la possibilité nous est offerte de voir notre interlocuteur à travers les pixels d’un écran ?

Internet a même conditionné la conception du bonheur, de la réussite, en décuplant l’impact de la comparaison. Aujourd’hui, chaque publication faite sur les réseaux sociaux a tendance à montrer le plus beau visage que nos vies peuvent présenter. On s’invente même souvent des vies qui ne sont pas les nôtres, tout cela pour paraître un peu plus heureux, un peu plus normal, pourtant un peu trop frustré. Sans internet, les véritables valeurs qui régissent la vie en société feraient leur grand retour : la tolérance, le respect, la compassion.

Mais un monde qui s’arrêterait littéralement

Un monde sans internet revient à reconstruire nos sociétés, à les repenser, à les réadapter. Internet fait désormais partie des ressources indispensables à notre équilibre. Sous d’autres cieux, il contrôle la totalité des administrations, jusqu’à la moindre des actions du quotidien. Santé, éducation, sécurité, finances, ne peuvent fonctionner normalement sans internet.

Internet, n’est-ce pas en définitive, ce mal nécessaire que nous devons utiliser en gardant nos valeurs humaines bien en dehors de la toile ?

Le pire de tout c’est que je ne serais pas en mesure de partager cette réflexion avec vous. Ce billet n’aurait jamais été écrit… alors, si demain le monde devait se réveiller sans internet, que ces mots soient les derniers que vous garderez de moi, comme un testament virtuel.
Fin de l’exercice.

4 thoughts on “#MondoChallenge : pas très net, un monde sans internet !

  1. Je reste encore sur ma soif d’en savoir un peu plus comment serait le monde sans internet. Parlera-t-on encore de l’innovation, de l’économie numérique, de cybersécurité, de MOOC etc. Par quoi allait-on remplacer les start-up, les objets connectés. Aura-t-on encore cette chance de créer une communauté d’amis sans internet, avoir la chance de faire partie d’un grand réseau. Le monde gagnerait beaucoup plus sans l’accès à l’internet?

    1. Il faut le dire, le monde désorganiserait de fond en comble. le truc avec l’homme, c’est qu’il trouve toujours des moyens pour combler ses incapacités. C’est certainement cette faculté qui a permis la conception même d’internet. Je pense alors que sans internet, il y aurait un autre internet.

  2. J’adhère avec ton point de vue : « s’il n’y avait pas internet, il y aurait un autre internet ». A l’ère où nos smartphones et nos autres objets connectés deviennent des prolongements de nous même, internet c’est un peu le carburant qui alimente notre société. En tout cas, bravo pour ce super billet!

  3. Internet n’ a pas toujours existé et e monde se serait parfaitement débrouillé sans. Pour autant, maintenant qu’on s’en sert, il est devenu indispensable et le monde ne pourra plus jamais s’ en passer à moins d’en trouver une alternative. Il faut voir la révolution Internet comme celle de l’électricité: Ca allait sans, mais impossible de s’en passer actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *