Des vœux pour 2015 oui, mais quel est l’essentiel ?

Dans seulement quelques heures, les rideaux retomberont et avec eux les lampions s’éteindront sur la scène de théâtre qu’aura constitué cette année 2014. Personnellement ou en collectivité, des bilans seront faits sur les évènements qui auront marqué ces 12 longs mois. Si pour certains ce fut une année extraordinaire, pour d’autres le calvaire n’aura pas duré qu’un jour. Et lorsque viendra l’heure de faire des vœux, que chacun puisse faire taire toute once d’égoïsme et d’égocentrisme afin que nos vœux ne soient pas que des paroles en l’air.

 

Meilleurs-Vœux-2015-L'autre-Regard

 

Quel est votre engagement ?

Dans quel monde voudrons-nous que les générations à venir évoluent-elles ? Telle est la question que chacun de nous devrait se poser avant que 2014 ne passe le flambeau à l’année suivante. De cette question, une réponse devrait aboutir à une réflexion profonde. Réflexion qui devrait emmener chacun à une prise de conscience et un engagement ferme. Quel engagement prends-tu pour 2015 ?

Plus de tolérance

Si les cœurs étaient plus tolérants, le monde connaitrait moins de tribulations, les guerres seraient des tragédies que nous ne serions plus emmenés à voir ici bas. Palestiniens et Israéliens réaliseraient qu’ils sont frères, ils se rendraient enfin compte que les litres de sang qui coulent dans leurs veines sont faits de la même substance. Ils comprendraient enfin que cela fait 66 ans et bientôt 67, que des frères d’hier se font à tort ou à raison, une guerre (sans raison ? ) . Avec beaucoup de tolérance, tous comprendraient que nul n’a le droit d’arracher la vie à son semblable au nom d’une quelconque religion. Avec plus de tolérance, le Kamikaze ne se ceindrait plus d’une ceinture d’explosif. Il comprendrait qu’à Kaboul, à Kano ou encore à Bagdad, la violence, quelles que soient ses motivations, ne sera jamais une solution à envisager pour rétablir la justice. De tels actes arrachent des dizaines de vies humaines, alors comment penser rétablir la justice par l’injustice ?

 

Barrière de séparation israélienne
Barrière de séparation israélienne

Penser pour la communauté

Pour 2015, si chacun de nous prenait l’engagement de penser d’abord aux intérêts de la communauté avant de faire passer les siens, le monde connaitrait des jours meilleurs. Nos chefs Etats africains, élus et élevés avec des liesses populaires, comprendraient que nul n’a souhaité les mettre à ces postes dans l’intention de leur donner la chance de se faire des milliards sur leurs comptes bancaires. Le ministre se rendrait enfin compte que l’argent du contribuable ne sert pas à redorer le blason de sa seule région et qu’une feuille de route ne sert pas qu’à orner les placards d’un bureau, après qu’il ait pris ses fonctions. Le fonctionnaire réaliserait que travailler, c’est la satisfaction d’avoir effectué pleinement et efficacement ce pour quoi l’on sera rémunéré le moment venu, et non une simple formalité pour se faire de l’argent. L’élève, l’étudiant, se serrerait davantage les ceintures, se donnerait avec plus de dévouement à ses études, afin de plus tard tenir valablement les rênes des nations. En gros, chacun effectuerait sa tâche avec assiduité, honnêteté et probité.

Une société d’égalité

Si l’envie d’un monde égalitaire habitait un peu plus les cœurs, aucun chef d’Etat africain ne vendrait les ressources du pays qu’il dirige à de super puissances. Celles-ci ne viendraient par conséquent pas, par la suite, lui dicter des règles qu’il serait obligé de suivre à la lettre, se souciant peu des besoins et des priorités des populations. De cette manière, aucun Africain ne se sentirait dans l’obligation de prendre le large, à bord d’une embarcation de fortune, pour espérer retrouver l’eldorado de l’autre côté de l’Atlantique. Le monde serait alors un village ou l’humanité reprendrait vie, les plus forts aideraient ceux qui le sont moins, sans forcement ne rien attendre en retour. La couleur sombre de la peau ne dispenserait pas quiconque de quoi que ce soit au profit d’une autre peau plus claire. Le mot racisme tomberait dans la désuétude du fait de son délaissement total.

Des habitudes écologiques

Si le monde entier se souciait un peu plus de bienêtre de la nature, si les humains ne faisaient pas passer en avant leur insatiable envie de confort et de luxe, ce monde respirait mieux. Nous envisagerions avec beaucoup plus de sérénité, l’état de la couche d’Ozone dans les 40 années à venir. Avec beaucoup plus de sérieux, nous prendrions à cœur le problème de la déforestation de nos terres et regarderions avec plus de réalisme le problème de la pollution industrielle. Et plus près de nous, nous repenserions nos systèmes de gestion des ordures ménagères et nous éviterions de jeter sur la place publique, des ordures qui ont visiblement leurs places ailleurs.

 

L'une des principales artères de la capitale Abidjanaise
L’une des principales artères de la capitale Abidjanaise

2015 est là, les vœux génériques aussi

Bien sûr lorsque 2015 sera là nous adonnerons à notre exercice favori, exercice d’hypocrisie et de singerie. Nous dirons tous en cœur « que cette année vous apporte la joie, le bonheur, la prospérité, la longévité… » La liste est bien longue. Mais dans quel monde seront-nous avec toutes ces bontés si les uns continuent de vivre tandis que les autres survivent.
Pour moi, ces vœux cités plus hauts sont là les meilleurs pour 2015.
Quels sont les vôtres ?
The following two tabs change content below.
M.C Agnini
M. C. Agnini, c’est ainsi qu’il faudra m’appeler, à l’état civil ce sera Stéphane Tano Agnini. La Côte d’Ivoire est la terre qui m’a vu naître, alors il a été décidé que je sois Ivoirien. Je le suis donc. L’Afrique, oh ce beau continent ! c’est dans cette Afrique que ma chère Côte d’Ivoire a bien voulu élire domicile, quelque part dans sa partie occidentale. Je suis Africain .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *